Arena Nationala de Bucarest : Lieu de l’Euro 2021 (EURO 2020)

Lorsque la décision d’organiser le championnat d’Europe de football 2021 dans 11 pays européens différents fut prise, le désir s’est rapidement fait sentir pour des villes et pays qui n’auraient eu aucune chance d’accueillir une telle compétition. L’Arena Nationala de Bucarest, la capitale roumaine, en faisait partie, mais le report en raison du coronavirus signifie qu’elle devra attendre jusqu’à l’été prochain pour les débuts de l’Euro 2021.

Bien que le pays puisse se targuer d’une belle histoire au niveau du football, il manque de stade répondant aux normes de l’UEFA, à l’exception de l’Arena Nationala, le stade national de Roumanie. Le pays n’a donc jamais pu se porter candidat pour accueillir une compétition comme le Championnat d’Europe ou la Coupe du Monde.

Cependant, en 2021, la Roumanie pourra donc profiter du plaisir d’accueillir des matchs de phase finale du championnat d’Europe de football, qui sera toujours appelé “EURO 2020”, bien que la compétition se tienne une année plus tard. L’UEFA a attribué trois matchs du groupe C et un huitième de finale à la ville et au stade de Bucarest.

Arena Nationala de Bucarest Euro 2021
Arena Nationala de Bucarest (source Wikipedia: Amorphisman, CC BY-SA 3.0)

L’Arena Nationala de Bucarest en quelques chiffres :

  • Capacité : 55,600-65,000 spectateurs
  • Inauguration : 6 septembre 2011
  • Architectes : Max Bôgl, Astaldi
  • Équipe Nationale : Roumanie
  • Coût : environ 234 millions d’euros

Euro 2021 : Le calendrier des matchs à l’Arena Nationala

Tour Date Heure* Match Lieu
Groupe C 13.06.2021 18:00 Autriche – Macédoine Bucarest
Groupe C 17.06.2021 15:00 Ukraine – Macédoine Bucarest
Groupe C 21.06.2021 18:00 Ukraine – Autriche Bucarest
Huitième de finale 28.06.2021 21:00 France – Suisse Bucarest

*Horaires conformes à l’heure d’été d’Europe centrale (CEST)

Informations sur l’Arena Nationala de Bucarest

L’histoire de l’Arena Nationala a été marquée par des hauts et des bas. Les plans originaux du stade remontent à 2006. La ville de Bucarest et l’État roumain étaient prêts à dépenser 146 millions d’euros pour la construction du stade.

Le stade devait être un stade de catégorie 4 de l’UEFA, afin d’être éligible pour accueillir des matchs de Ligue des Champions ainsi que les finales d’autres grandes compétitions de clubs.

Difficultés rencontrées pendant la construction

Tout comme la Commerzbank Arena de Francfort, l’Arena Nationala devait également être dotée d’un toit rétractable. Toutefois, cette décision n’a été prise que plus tard, lorsque les plans et modèles ont été achevés. Pour cela, l’architecte allemand Max Bögl a été engagé avec ses partenaires italiens du bureau Astaldi. Cependant, ils ne se sont pas bien harmonisés sur le projet avec l’équipe responsable de la première conception (Gerkan, Marg & Partners).

De plus, des difficultés à répétition ont été rencontrées dans l’avancée des travaux de la construction du stade. L’inauguration était en effet prévue pour 2010, mais elle a dû être repoussée à plusieurs reprises. Les coûts de construction ont atteint 234 millions d’euros, soit près de 100 millions d’euros de plus que le budget prévu.

Les retards dans les travaux ont failli poser un véritable autre problème. En effet, l’inauguration effective de l’Arena Nationala était prévue pour avril 2010. Un an auparavant, Bucarest avait déjà remporté le droit d’accueillir la finale de l’Europa League de la saison 2011/12 dans son futur nouveau stade.

Il se serait donc écoulé deux ans entre la fin des travaux et l’accueil de la finale de l’Europa League, ce qui laisse amplement le temps de résoudre les derniers petits soucis rencontrés. Mais l’inauguration a été reportée à 2011, et des rumeurs persistent encore aujourd’hui selon lesquelles le stade devait ouvrir et être opérationnel pour éviter de perdre la finale de l’Europa League. L’UEFA était déjà très mal à l’aise à ce moment-là.

Deux éléments sont régulièrement cités comme preuves. Tout d’abord, l’Arena Nationala devait être inaugurée lors d’un match amical contre l’Argentine. Mais les adversaires sud-américains ont annulé le match dans un délai très court, alors même que les joueurs étaient déjà présents dans la capitale roumaine.

Deuxièmement, l’Arena Nationala a même été fermée par les autorités pendant plusieurs mois en 2015 parce qu’elle ne répondait pas aux normes de sécurité incendie. Ces problèmes ont depuis été corrigés.

Agrandissement pour l’EURO 2020

Le stade a également été agrandi pour le championnat d’Europe de football 2021. À l’origine, l’Arena Nationala avait une capacité de 55,600 places, qui pouvait être portée à 63,000 dans les grandes occasions. Pour le Championnat d’Europe 2021, il y aura même de la place pour accueillir 65,000 personnes dans le stade.

En tant que stade national de Roumanie, l’Arena Nationala a également été utilisée pour les matchs à domicile de l’équipe nationale roumaine dans le cadre de la Ligue des Nations et des qualifications pour l’EURO 2020, en plus d’autres événements. Cependant, pour ces matchs, le nombre maximal de supporters admis était de 55,600 spectateurs.

EURO 2020 : à la découverte de Bucarest

Bucarest est l’une des plus grosses villes européennes, que peu de gens connaissent. Environ 1,9 million de personnes vivent dans la capitale roumaine. La ville doit son nom au mot “Bucurie” du vocabulaire roumain, qui signifie de façon générale “joie”. “Bucaresti” signifie quelque chose comme “vous êtes heureux”.

Les Romains se sont autrefois installés dans la région où se trouve aujourd’hui Bucarest – le nom de Roumanie n’est pas une coïncidence. Cependant, Bucarest elle-même, en tant que ville, est encore relativement jeune pour une capitale européenne. Elle a été mentionnée pour la première fois sur un document le 20 septembre 1459.

Ce fut le général roumain et le comte Vlad Tepes, surnommé Dracula, qui rédigea ce document. À cette époque, la Roumanie était encore la principauté de Valachie. En 1465, Bucarest avait déjà obtenu le statut de ville princière et était donc déjà la capitale.

Au XVIè siècle, la Roumanie est tombée sous la domination ottomane. Avec sa capitale Bucarest, elle est devenue pendant près de trois siècles la source de discorde des grandes puissances que sont la Turquie, l’Autriche-Hongrie et la Russie. Suite à la guerre turco-russe au début du XIXè siècle, la Roumanie est finalement devenue indépendante.

Cathédrale patriarcale de Bucarest
Cathédrale patriarcale de Bucarest (source Wikipedia: Karl Gruber, CC BY-SA 3.0 at)

Cependant, de 1822 à 1861, elle a dû lutter avec acharnement pour son indépendance. Les grandes puissances ont toujours voulu soumettre la région à leur autorité. Par exemple, certaines histoires racontent encore aujourd’hui que l’incendie dévastateur de 1847, qui a détruit une grande partie de Bucarest, n’était pas un accident.

Aujourd’hui, les touristes peuvent visiter des monuments tels que l’ancien hôtel de ville et la cathédrale patriarcale. Ceux qui se rendront également sur place pourront également visiter l’Arc de Triomphe et l’Athénée roumain. L’Arena Nationala est, quant à elle, située au centre de la capitale roumaine.

>> Tous les stades Euro 2021